Boutique Nous soutenir

Exposition

01/06/24 - 29/09/24

Présenté dans la
Télécharger le plan

Vernissage : 01/06 18h30

À L’EAU! À L’EAU!

Les archives du Soir

Sous le titre À l’eau! À l’eau!, nous vous proposons de redécouvrir deux approches bien différentes de cette thématique mais toutes deux liées à la période d’été durant laquelle l’exposition est présentée. L’été, sous nos latitudes, ne se conçoit en effet qu’avec deux éléments indispensables : le soleil et l’eau. Le premier entraînant généralement un usage massif et généralisé de la seconde.

En fouillant les archives de notre journal, nous avons redécouvert deux activités essentielles de l’été : la plage et le Tour de France. Côté plage, nous avions déjà proposé, lors de l’édition précédente du Prix national Photographie Ouverte, de redécouvrir la joyeuse ambiance des Concours de forts de résistance qui, des années durant, attirèrent des milliers d’enfants à la Côte belge. 

Une mode des plages qui évolue avec son temps

Cette fois, ce sont les... maillots de bain qui ont retenu notre attention. Pas ceux que l’on peut voir un peu partout dans les publicités actuelles mais ceux que portaient les générations qui nous ont précédés. En effet, si les chaleurs estivales nous attirent irrésistiblement vers les rivières, lacs, piscines et autres bords de mer, il n’est pas question de se jeter à l’eau sans une tenue appropriée. Celle-ci a cependant considérablement évolué au fil des ans. La jeune femme de 1893, avançant prudemment dans la mer, épuisette à la main, habillée de blanc de la tête aux pieds (en plusieurs couches), serait sans doute bien étonnée de voir les tenues des baigneuses d’aujourd’hui. De la fin du 19e siècle à 1980, nous avons sélectionné quelques tenues qui firent les délices de plusieurs générations d’élégantes... et des photographes qui les immortalisèrent. À travers leur évolution, c’est aussi celle de la société qui se dévoile en filigrane. Après les tenues corsetées du 19e siècle évoluant vers des ensembles « une pièce » très sport en 1900, on voit poindre vers 1920 une véritable mode des plages. Les modèles posent désormais avec le même professionnalisme que dans la haute couture. Du côté des années 30, le deux-pièces s’impose et on voit débouler sur le sable de jeunes amazones à l’allure conquérante. Puis, petit à petit, les maillots de plage semblent devenir l’affaire des starlettes posant comme à Hollywood... Il aura par contre fallu attendre l’année 1980 pour que nous trouvions trace d’un maillot... pour homme dans la pourtant riche collection de notre photothèque... 

L’eau pour se rafraîchir et se désaltérer.

Les hommes, justement, on ne voit qu’eux dans les images du Tour de France où la chasse à l’eau a toujours été l’une des préoccupations incontournables des coureurs. Et si, aujourd’hui, les équipes hyper-organisées prévoient ravitaillements réguliers, bidons ergonomiques et autres tenues appropriées aux températures estivales, c’est une tout autre histoire que nous racontent les images tirées de nos archives.

L’eau, sur le Tour de France, peut servir à se désaltérer ou à se rafraîchir dans la fournaise de juillet. Celle que l’on boit fait se ruer les athlètes sur la moindre fontaine du parcours. On trinque avec les bidons mieux qu’avec le champagne mais on s’aperçoit qu’à certaines époques, une bonne bière était aussi appréciée qu’un verre d’eau. On voit même certains coureurs se trimbaler avec une ribambelle de bouteilles dans les poches arrière pour aller ravitailler leurs équipiers.

Mais l’eau, c’est aussi celle avec laquelle de nombreux anonymes aspergent le peloton écrasé de chaleur. Lance à incendie, tuyau d’arrosage, appareil à douche sophistiqué et même arrosoir deviennent alors les meilleurs amis des coureurs. Et lorsque ceux-ci ont un jour de repos, on ne s’étonne pas d’en retrouver certains jouant au foot en bord de mer.

De la plage aux routes du Tour, nos archives ne permettent plus d’en douter : l’eau a toujours été l’or liquide de l’été.

Continuer la lecture
Visuel exposition

Sur la plage, comme ailleurs, de nombreuses femmes s’affranchissent des vieilles habitudes, ca 1930 © Droits réservés