Boutique Nous soutenir

Exposition

03/02/24 - 26/05/24

Présenté
dans la salle
1
Télécharger le plan

Peter KNAPP. Mon temps

 

">

« Ce qui me motive, c’est de transformer des idées en images. Je cherche à visualiser mes pensées, à exprimer en images mes fantasmes et histoires. Je ne prends pas de photos, je les fais. » Peter Knapp

Lorsqu’en 1959 Hélène Lazareff, fondatrice de Elle, demande à Peter Knapp de créer la ligne éditoriale du magazine, elle prend comme contre-exemple Harper’s Bazaar, elle qui pourtant est passée durant la guerre chez Alexei Brodovitch qui en assurait la direction artistique. Fini le chic glacé, les mannequins figés dans l’éclairage d’un studio ou sur les escaliers de marbre d’une maison de haute couture. Avec Elle, c’est le prêt-à-porter décomplexé qui triomphe, libérant les formes, les femmes. L’époque est au changement depuis que le droit de vote leur a été accordé, et Lazareff pressent qu’il faut accompagner cette mutation. Le magazine, au titre bien nommé, ouvre ses pages à Simone de Beauvoir, Marguerite Duras ou Françoise Sagan. L’émancipation de la femme passe aussi par le vêtement et Elle se doit d’en être l’un des étendards. 

Peter Knapp engage alors le magazine dans une dynamique visuelle qui bouscule les grilles conventionnelles de la mise en page, mettant à profit sa formation de graphiste et de typographe, sa pratique de la peinture. Il multiplie les diagonales – sa signature, avec sa double page –, les gros plans, les contre-plongées, les références géométrisantes auxquelles le portent les créations de Courrèges ou d’Ungaro.

Ses mannequins flottent à l’aide de filins, ou glissent en apesanteur sur des tables lumineuses. Cette quête de mouvement le mènera à les filmer en 16 mm pour en isoler ensuite quelques images, mariant les pratiques, cela ne s’est jamais vu.

Knapp transpose ensuite ses conceptions graphiques pour Dim Dam Dom, l’émission mythique de l’ORTF de Daisy de Galard, autre collaboratrice de Elle, qui en est comme l’équivalent filmé. Avec Jean-Christophe Averty, il sera de ceux qui vont révolutionner la mise en image des émissions télévisées au creux des années soixante. La photographie de mode a été longtemps tenue pour un genre mineur, une activité alimentaire pour les photographes. De grands auteurs s’y sont pourtant consacrés, de Man Ray à Jeanloup Sieff, en passant par Maurice Tabard, Richard Avedon ou Erwin Blumenfeld, pour n’en citer que quelques-uns. Au travers des revues qui en étaient le véhicule, elle a pourtant contribué à former le regard des contemporains, à les familiariser avec le langage photographique. Aujourd’hui exposée, collectionnée, elle est entrée dans les musées et fait régulièrement l’objet d’expositions importantes, témoignant d’une époque autant que de sa dimension artistique.


Indissociables de leur mise en page, les photographies de Peter Knapp n’en sont pas seulement le reflet, mais elles l’ont façonnée, ouvrant la voie à de nouvelles expressions graphiques. En ce sens, Peter Knapp est plus que jamais de « son temps », et aujourd’hui encore.

Biographie

  • 1931 - 5 juin : Naissance de Peter Knapp à Bäretswil dans l’Oberland Zurichois-Suisse.
  • 1937-1947 : Etudes primaires et secondaires à Zurich. 1947 : Etudes à l’Ecole des Arts appliqués de Zurich s’inspirant des conceptions du Bauhaus. Peter Knapp apprend la typographie, la peinture et la photographie, les techniques d’impression et la mise en page.
  • 1951 : Peter Knapp s’installe à Paris. Etudes aux Beaux- Arts.
  • 1954 : Peter Knapp aide le décorateur Slavik pour l’aménagement du Drugstore des Champs-Elysées. 1955 : Peter Knapp devient directeur artistique des Galeries Lafayette à Paris, réorganisant la typographie et privilégiant la photographie pour les annonces publicitaires.
  • 1958 : Réalisation avec Slavik des pavillons du tabac, des banques et des assurances pour l’Exposition Universelle de Bruxelles.
  • 1959 : A l’invitation d’Hélène Lazareff, sa rédactrice en chef, Peter Knapp devient directeur artistique du magazine Elle. Il continue en parallèle son activité de peintre.
  • 1960 : Rencontre à New York de Robert Rauschenberg et Barnett Newman qui l’engagent à aborder des tableaux en plus grands formats.
  • 1966 : Peter Knapp quitte Elle et devient photographe indépendant pour Vogue, Stern ou le Sunday Times. Il est également directeur artistique pour les collections de Courrèges ou d’Ungaro. Il réalise avec Daisy de Galard l’émission culte de l’ORTF Dim Dam Dom où il applique ses conceptions graphiques.
  • 1974-1977 : Retour chez Elle comme directeur artistique.
  • 1983-1994 : Peter Knapp est professeur à l’Ecole Supérieure des Arts Graphiques de Paris. Peter Knapp partage aujourd’hui son temps entre New York, Paris et la Suisse où il continue de peindre et photographier.

 

Peter Knapp. Mon temps. Une exposition de la Fotostiftung Schweiz, Winterthur, en collaboration avec le Musée de la Photographie, Charleroi.

Avec le soutien de Pro Helvetia

PRH_CD_RGB_black_FR_LOGO 

Continuer la lecture
Interview

Emission « Majuscules » du 4 février 2024 diffusée sur La Première - RTBF. Avec Eddy Caekelberghs, Françoise Baré. Interviews de Peter Knapp et de Xavier Canonne, directeur du Musée de la Photographie

Visuel exposition

Peter Knapp, Pour Courrèges, Thoiry, 1979 © Peter Knapp

Visuel exposition
© Musée de la Photographie
Visuel exposition
© Musée de la Photographie
Visuel exposition
© Musée de la Photographie