Jimmy Kets

 

Jimmy Kets

 Le fil rouge qui ressort du travail photographique de Kets est « la vie de l’homme de l’Ouest ». A quoi donc ce dernier consacre-t-il son temps libre souvent durement gagné ? A côté de cela, Jimmy Kets prend des clichés qui transcendent le documentaire pur et prennent une signification métaphorique. La photographie de Jimmy Kets se caractérise par un soupçon de surréalisme et d’humour, une grande sensibilité pour la couleur et une attention aux détails significatifs. Son travail a été exposé en solo entre autres au FoMu à Anvers, au Flanders Center Osaka (Japon), à la Vlaams Cultuurhuis De Brakke Grond (Amsterdam), à De Loketten (Bruxelles). Son travail fut aussi présenté au festival de la photographie à Breda et au Musée Dr. Guislain à Gand ( In De Marge et Niet Miss ). Jimmy Kets a remporté par deux fois le Prix Nikon Promising Young Photographer, également à deux reprises le Prix Sabam ainsi que le Photo Press Award en tant que meilleur photographe de presse belge. En 2013 est sorti le premier film documentaire de Jimmy Kets,  OdysSea, qui dessine un portrait intimiste du photographe belge Magnum, de Carl De Keyzer.

Jimmy Kets (1979) a fait ses études à Sint-Lucas, Anvers, en 2001, dans la section Graphisme et Illustration. Juste après, il commence à travailler pour le journal De Morgen en tant que photographe de presse jusqu’à ce qu’il rejoigne De Standaard en 2009. Jimmy Kets accomplit un parcours artistique à côté de son travail commercial.