Annabel Werbrouck

 

Annabel Werbrouck, Journal d’une femme à Berlin

Au travers de combinaisons d’autoportraits et de natures mortes, l’idée est de donner une « portée universelle » à ce travail – dans lequel chacun peut s’identifier, se raconter sa propre histoire…

La photographie prend la forme d’un exutoire en quelque sorte.La série présentée ici s’intitule  Journal d’une femme à Berlin.
C’est une série d' »autofiction », centrée sur de l’autoportrait, du quotidien avec ses joies et ses souffrances. La vie d’une femme autour du deuil d’une mère, l’adaptation à une nouvelle ville (Berlin), le couple…

Annabel Werbrouck est belge ; elle vit et travaille depuis 5 ans à Berlin. Après avoir terminé des études de Géographie à l’ULB (Université Libre de Bruxelles), elle intègre l’école de photographie Agnès Varda pour aborder l’outil photographique. Au départ, une grande partie de son travail est centré sur la photographie sociale. C’est suite à un événement marquant survenu dans sa vie il y a 5 ans, qu’elle s’oriente vers une photographie plus intime et personnelle.

Cela a débuté avec sa série Un matin , série de photos réalisées juste après le décès de sa mère. Lorsqu’elle est retournée dans l’ancienne maison de son enfance, les pièces vidées de leur contenu recelaient tant de souvenirs et d’émotions qu’elle a voulu capter et préserver ce moment, pour garder des traces…

http://www.annabelwerbrouck.be